La SYSTEMIQUE agraire à l’INRA – Histoire d’une dissidence



Fondé sur une recherche originale, croisant archives et témoignages oraux, cet ouvrage retrace, depuis les premiers tâtonnements des approches systémiques dans les années 1960 jusqu’au tournant du développement durable dans les années 2000, l’histoire du département Sad – Systèmes agraires et développement – de l’Inra (devenu INRAE).

Dès ses origines, le Sad se caractérise par sa prise de distance avec la modernisation agricole, conçue comme une entreprise de rationalisation et d’optimisation technique et économique. Présent dans les espaces fragiles de la déprise agraire, le Sad ne sera pas moins soucieux du devenir des bassins de grande culture en proie au doute sur les vertus de l’intensification. Les « Sadiens », dans toutes leur diversité et leurs contradictions, n’auront de cesse de questionner les normes scientifiques en vigueur. Ils vont ainsi contribuer à animer le débat scientifique et sociétal sur les enjeux de l’agriculture familiale, de la qualité des productions, des services environnementaux ou encore de la dimension patrimoniale, à la fois naturelle et culturelle, de l’agriculture. Nourries de leurs propres recherches, mais également d’un partage d’expérience à l’échelle internationale, les audaces théoriques et méthodologiques des Sadiens ne laisseront personne indifférent, à l’Inra et au dehors.

Ce livre nous raconte comment ces derniers sont passés en une trentaine d’années de la dissidence et de la marginalité à une contribution scientifique pleinement reconnue au sein de la recherche agronomique française. À la croisée de l’histoire du temps présent, de l’histoire des sciences et de la philosophie des sciences, l’auteur met en avant les individus – techniciens, ingénieurs, scientifiques et enseignants – qui ont apporté une contribution profondément originale à la matrice intellectuelle de la recherche agronomique française et internationale.

Fondé sur une recherche originale, croisant archives et témoignages oraux, cet ouvrage retrace, depuis les premiers tâtonnements des approches systémiques dans les années 1960 jusqu’au tournant du développement durable dans les années 2000, l’histoire du département Sad – Systèmes agraires et développement – de l’Inra (devenu INRAE).

Dès ses origines, le Sad se caractérise par sa prise de distance avec la modernisation agricole, conçue comme une entreprise de rationalisation et d’optimisation technique et économique. Présent dans les espaces fragiles de la déprise agraire, le Sad ne sera pas moins soucieux du devenir des bassins de grande culture en proie au doute sur les vertus de l’intensification. Les « Sadiens », dans toutes leur diversité et leurs contradictions, n’auront de cesse de questionner les normes scientifiques en vigueur. Ils vont ainsi contribuer à animer le débat scientifique et sociétal sur les enjeux de l’agriculture familiale, de la qualité des productions, des services environnementaux ou encore de la dimension patrimoniale, à la fois naturelle et culturelle, de l’agriculture. Nourries de leurs propres recherches, mais également d’un partage d’expérience à l’échelle internationale, les audaces théoriques et méthodologiques des Sadiens ne laisseront personne indifférent, à l’Inra et au dehors.

Ce livre nous raconte comment ces derniers sont passés en une trentaine d’années de la dissidence et de la marginalité à une contribution scientifique pleinement reconnue au sein de la recherche agronomique française. À la croisée de l’histoire du temps présent, de l’histoire des sciences et de la philosophie des sciences, l’auteur met en avant les individus – techniciens, ingénieurs, scientifiques et enseignants – qui ont apporté une contribution profondément originale à la matrice intellectuelle de la recherche agronomique française et internationale.

A lire également